© 2018 par Bio-Éco · conseil et stratégie

Rechercher

19·12 - Peut-on changer le monde avec un olivier, un chocolat?

Stopper l'exode rural et maintenir l'école du petit village d'Oliete, situé en Aragon, à une centaine de kilomètres au sud de Saragosse! C'est le pari que s'est lancé l’ONG Apadrina un olivo, qui cherche à créer des emplois dans ce petit village de 300 habitants (il en comptait 2500 il y a un siècle), et surtout à sauver l’écosystème local séculaire. Car 30 ans d'abandon ont mis en péril les 100'000 oliviers qui entourent Oliete. Le manque d'entretien fait en effet mourir à petit feu ces arbres centenaires.

© Apadrina un olivo


Le principe? Parrainer un olivier dans une des oliveraies à l'abandon. On peut choisir son arbre sur une photo, on reçoit des nouvelles de la coopérative tous les mois (en anglais ou en espagnol) et, surtout, on reçoit 2 litres d'huile d'olive exquise au printemps. Nous l'avons testée! Grâce à l'opération, plus de 7000 arbres ont été remis en production en 4 ans, des emplois ont été créés, un nouveau moulin a été construit, des familles se sont réinstallées, garantissant le maintien de l'école. Un village revit.


Dans une démarche tout autre, mais qui emprunte une même philosophie, Cadesio est une micro-entreprise lausannoise spécialisée dans le chocolat, fondée en 2019 par trois femmes persuadées que les entreprises peuvent jouer un rôle social et environnemental. Cadesio est un mot-valise italien fusionnant cambiamento (changement) et desio (désir). Dans leur petit laboratoire des hauts de Lausanne, le trio a créé 9 chocolats exclusifs et thématiques, orientés sur 3 axes: inspirer, soutenir et agir. Nous les avons goûtés!

© Cadesio


Chaque chocolat réunit des ingrédients soigneusement sélectionnés ; chaque assemblage raconte une histoire et fait réfléchir à nos comportements ; chaque emballage est éco-responsable ; chaque parfum est lié à une fondation ou une association à but non lucratif. Avec Cadesio, la gourmandise n'est donc plus un vilain défaut! Et pourquoi les chocolatiers n'auraient-ils pas aussi le droit de nous remettre en question?


Demain c'est un retour à la terre que l'on vous propose.


30 vues