© 2018 par Bio-Éco · conseil et stratégie

Rechercher

06·12 - L'âge des low-tech

Mis à jour : 19 déc 2019

En réponse à l’urgence climatique et à la nécessité de limiter nos émissions de gaz à effet de serre, beaucoup comptent aujourd’hui sur les nouvelles technologies. Smart city, voitures autonomes, le futur sera connecté nous dit-on.


Pour Philippe Bihouix, ingénieur français et auteur de L’Age des low-tech, ces nouvelles technologies tant vantées nous conduisent pourtant dans l’impasse. « Malheureusement, on s’aperçoit que cette course en avant, à coups de numérique et de matériaux du futur, ne répond pas toujours aux enjeux. »


Prenant le contre-pied des high-tech, une autre approche, fondée sur la sobriété et la durabilité, les low-tech, se développe. Les low-tech proposent de répondre à une multitude de nos besoins de base, tout en réduisant nos impacts environnementaux en s’appuyant sur une utilisation de technologies simples, solides et sobres en énergies.


Depuis 10 ans maintenant, l’association label-Vie met en pratique cette approche en imaginant, construisant et expérimentant des objets ludiques et interactifs destinés aux espaces publics.

© Label-Vie - presse à fruits et légumes


De la roue népalaise (manège à propulsion humaine), à la presse à fruits et légumes géante, en passant par toute sorte de mobilier urbain, label-Vie cherche surtout à favoriser un « vivre ensemble » participatif, durable, équitable et responsable.


Proposant des dispositifs éphémères dans l’espace public, l’association label-Vie nous invitent à débattre, à rêver et à tester des façons d’habiter la ville avec de hautes exigences qualitatives, non seulement au plan énergétique, mais aussi en termes de relations humaines.


Rendez-vous sur le site de l'association pour en apprendre plus : http://label-vie.ch



Demain nous verrons que le financement participatif peut être un accélérateur de la transition.

29 vues