Rechercher

02·12 - Technologies numériques: réchauffement climatique et refroidissement social

Mis à jour : 4 déc. 2019

Les impacts du numérique commencent à être mesurés. On se rend compte que la consommation d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre n'a plus rien de virtuel. Comme le présente le dernier numéro de La Revue Durable, les technologies de l'information et de la communication (TIC) représentent une part toujours plus grande de notre empreinte carbone.


Aujourd'hui, le numérique représente 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (soit l'équivalent de celles de l'Inde). Et la consommation énergétique du numérique augmente de 9 % par an!

The Shift Project, 2019


Les flux vidéo sur internet sont au cœur de cette consommation énergétique, voyez plutôt.

Avertissement ! Le visionnement de cette vidéo émet 8.78 grammes de CO2

Voir aussi le dossier : « Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne » de The Shift Project.


Malgré ces chiffres, le numérique est encore largement décrit comme la solution qui permettra de résoudre la crise climatique.


Et si les réseaux sociaux provoquaient un "refroidissement social" très inquiétant? C'est l'hypothèse du Hollandais Tijmen Schep. Il décortique dans un webdoc saisissant, Social Cooling, la manière dont les gestionnaires de réseaux sociaux influencent le comportement des utilisateurs. Par souci de conserver une bonne réputation sur les réseaux, les utilisateurs vont développer des stratégies conformistes ou d'évitement des risques. Selon cet auteur, les réseaux sociaux sapent au fond les mécanismes de l'entraide sous couvert de partage et de gratuité. Il fait le rapprochement avec le réchauffement climatique, en montrant les étapes de la prise de conscience de ces problématiques dans l'opinion.



Demain on passe à table! Rien de tel qu'un bon repas entre ami·e·s pour échanger, créer du lien, partager.

0 vue

© 2018 par Bio-Éco · conseil et stratégie